Les cinq commandements du parfait manager agile

Les cinq commandements du parfait manager agile

Ces dernières années marquent un virage dans l’organisation du travail : les entreprises remplacent de plus en plus leurs salariés par des indépendants. La conséquence directe de cette mutation est une modification du management des équipes, de ses problématiques et de ses méthodes, avec l’apparition du manager agile.

Dans un marché en constante mutation, où la concurrence et les demandes des clients s’intensifient, le recours à une main-d’oeuvre indépendante permet aux entreprises de gagner en réactivité, comme le montre une étude Deloitte. Ce changement d’organisation implique la démocratisation du management agile. Ce dernier permet d’avoir les compétences demandées au moment voulu. Cependant, si cette flexibilité rend les entreprises compétitives dans le marché actuel, elle s’accompagne de nouvelles problématiques. En effet, les horaires ne sont plus fixes, les collaborateurs ne travaillent pas nécessairement dans les locaux de l’entreprise et sont même parfois à l’étranger. Ainsi pour devenir un manager agile il faut repenser la manière d’attirer les indépendants et comment les gérer au jour le jour.

Considérer le changement comme la norme

La démocratisation du management agile connaît une accélération ces dernières années. Ce phénomène n’en reste pas moins récent. C’est pourquoi devenir un manager agile est d’abord le fruit d’un travail sur soi. En effet, il y a quelques années, recevoir une demande de télétravail pouvait paraître déroutant. Aujourd’hui les horaires deviennent flexibles et le rôle du manager agile est donc de s’adapter rapidement aux demandes de ses employés. Cette flexibilité d’esprit est nécessaire pour maintenir un environnement de travail propice aux méthodes agiles. 

Accepter l’incertitude

Faire face aux changements constants peut-être déroutant voir stressant pour les managers agiles. En effet, les situations inconfortables peuvent se multiplier. Dès lors, il ne faut pas les considérer comme des sources de frustration, mais comme les problématiques centrales du manager agile. Autrement dit des énigmes à résoudre. Cet enjeu est central car le manager agile n’a plus de contrôle direct du fait de la distance ou encore de la barrière de la langue. En outre, dans un marché en constante mutation, le manager agile doit accepter l’incertitude. En effet, planifier devient impossible et s’adapter le maître mot pour répondre aux demandes des clients. 

Communiquer sans cesse

La communication est la force principale de tout manager. Néanmoins, dans une organisation agile, il n’est plus possible de s’arrêter à un bureau ou de profiter du distributeur d’eau pour échanger avec quelqu’un. La flexibilité des horaires et des lieux de travail ne permet plus ces rencontres. La communication est néanmoins la clé de la réussite d’un manager agile. Cela permet de s’assurer que tous les collaborateurs savent ce qu’ils ont à faire, mais aussi de créer un lien fort avec l’entreprise. 

Etre transparent

Si la communication est la clé de la réussite du manager agile, elle n’est utile que par un discours clair. La diminution des interactions physiques a complexifié la communication entre le manager agile et ses collaborateurs. Dès lors les échanges se font exclusivement par mail, téléphone ou visioconférence. Cela implique d’expliciter au maximum les demandes. Le suivi est plus compliqué et demande donc de clarifier les points en amonts.

Motiver ses équipes

Adopter une communication claire permet aussi de motiver ses équipes. En effet, les anciens modes de motivation que sont l’argent et les éloges ne sont plus réellement efficaces. Les dernières générations veulent donner du sens à leur travail et comprendre leurs tâches dans l’activité de l’entreprise. Les collaborateurs sont de moins en moins connectés entre eux, le rôle du manager est donc de créer ce sentiment de collaboration. En outre, le manager agile doit créer une culture commune car sa main-d’oeuvre peut être internationale. Pour cela, un des facteurs clés de succès est l’agilité émotionnelle. Les émotions des collaborateurs deviennent un levier non négligeable pour le manager agile. 

 

1 Partages
Partagez
Partagez1
Tweetez