Management agile en entreprise

Management agile : l’organisation du travail de demain

Communément associé aux start-ups, le management agile se démocratise aujourd’hui dans tous les types d’entreprises. Dans un marché en constante mutation, où la concurrence s’internationalise et s’intensifie, les entreprises doivent adapter leur mode de fonctionnement pour répondre aux demandes croissantes de leurs clients.

Le développement des nouvelles technologies accélère la propagation de l’information et implique l’augmentation des exigences des clients, qui n’hésitent plus à rompre les relations commerciales au premier désaccord. Les organisations verticales, avec un découpage en silos, ne semblent plus adaptées au marché actuel. En effet, la relation directe avec le client ne se passe qu’à deux moments distincts : au début et à la fin du processus. Ainsi le manque d’interaction entre l’entreprise et son client peut éloigner du besoin de ce dernier, et nécessiter de recommencer le processus depuis le début pour corriger une erreur. Ce manque de réactivité peut s’avérer très coûteux. On peut citer les nombreux rappels de véhicules opérés par des constructeurs tels que Volkswagen, Toyota ou Mercedes. Si le management n’est pas la cause principale de ces erreurs, gagner en agilité semble avoir un impact positif quantifiable sur les entreprises qui ont opéré le changement.

 

Si de prime abord l’agilité semble incompatible avec les grosses structures, le management agile séduit de plus en plus d’entreprises qui réussissent leur transformation, car ce mode de fonctionnement repose sur l’individu. Ce changement implique une modification de l’organisation de l’activité, qui se fait dès lors sous forme de groupes projet en auto-gestion, ainsi que du comportement des managers.

 

1 – Une organisation en “organismes vivants”

Depuis l’avènement du taylorisme, l’organisation d’entreprise est généralement comparée à une machine. Dans ce modèle de Gareth Morgan, tout est défini à l’avance, chaque choix est rationalisé et planifié. La hiérarchie y est verticale, suivant une organisation pyramidale. Dans un environnement en constante mutation, ce modèle devient inadapté. Les entreprises utilisant ce dernier ne sont plus en mesure de répondre aux changements du fait de leur lenteur décisionnelle.

Le choix d’un management agile débute par le passage vers une organisation comparable à un organisme vivant. Les collaborateurs sont divisés en équipes autonomes qui interagissent régulièrement entre elles. Le top management montre la direction, mais laisse les équipes libres de leurs actions pour atteindre les objectifs qu’elles se fixent elles-mêmes.

Graphique décrivant deux types d'organisation d'entreprise : la forme pyramidale et celle en organisme vivant utilisée dans le cadre du management agile

Source : Etude McKinsey&Company, The five trademarks of agile organizations

Cinq signes caractéristiques doivent être identifiés pour attester d’une organisation agile performante :

  • – Créer de la valeur en interne : à partir des opportunités et des ressources identifiées, la création de valeur se fait avec tous les membres d’une entreprise, du collaborateur à l’investisseur et non plus selon les acteurs externes à l’entreprise ;

  • – Accepter l’incertitude : le marché varie constamment, et rend donc une planification correcte impossible. Dès lors, accepter l’incertitude et s’adapter sur le moment devient la solution la plus propice ; 

  • – Responsabiliser : une autorité stricte ne permet pas l’épanouissement du collaborateur, à l’inverse avec un certain degré de liberté, ce dernier s’engage pleinement dans ses tâches, aide ses semblables et obtient des résultats probants ; 

  • – Faire confiance : dans ce type d’organisation, le manager délègue de nombreuses tâches, ainsi tous les collaborateurs deviennent force de proposition ; 

  • – Démocratiser la technologie : pour répondre rapidement aux variations du marché, toutes les données d’une entreprise doivent être dématérialisées (la révolution du machine learning)

 

2 – Comment être un manager agile ?

Changer l’organisation de l’entreprise en formant des petits groupes de travail n’est pas suffisant pour obtenir des résultats. En effet, le management agile implique un changement de culture d’entreprise ainsi que du comportement des managers. Ce dernier n’est plus un chef donneur d’ordres, mais un accompagnateur qui se met au service du collectif.

  • Communiquez avec votre équipe 

Dans un environnement en constante mutation, le manager doit donner du sens au travail de ses collaborateurs. Les dernières générations accordent une grande importance à la compréhension de leurs tâches dans l’activité de leur entreprise. Le rôle du manager est dès lors de veiller à ce que ses collaborateurs voient la finalité de leur travail. Ainsi, il doit construire sa légitimité et une communication transparente avec son équipe. Pour cela le manager informe ses collaborateurs de l’actualité de l’entreprise et des différentes décisions prises en se tenant prêt à les expliquer. Il fait cela autant en période d’échec que de réussite. En outre, il se place à l’écoute de chaque membre de son équipe, en acceptant les remises en cause de son management et des décisions passées. Cette relation d’échange permet de partager les savoirs et de renforcer la légitimité du manager.

  • Responsabilisez vos collaborateurs

Le management agile implique de responsabiliser chaque individu, en le mettant au centre de l’activité. Il est donc du rôle du manager agile de faire confiance à ses collaborateurs, en déléguant certaines de ses tâches. Il s’efface ainsi au profit de son équipe pour donner le plus de champ à la créativité et aux initiatives. Le nombre d’apporteurs d’idées se retrouve alors démultiplié.

  • Soyez Client Centric

L’adoption de cette position permet au manager de débloquer du temps pour se consacrer à l’étude du marché. S’il reste toujours disponible pour aider son équipe dans leurs tâches, il a pour mission d’anticiper les variations de ce dernier. L’équipe se retrouve en capacité de s’adapter et de saisir les opportunités dès qu’elles se présentent. En outre l’entreprise peut renouer un échange avec le client. Elle peut donc répondre au mieux au besoin de ce dernier sans devoir recommencer le processus depuis le début. Pour rentabiliser l’avantage obtenu, le manager doit prendre des décisions rapidement sans craindre l’échec. Reconnaître ce dernier permet de renforcer la confiance entre le manager et son équipe.

 

3 Partages
Partagez
Partagez3
Tweetez