Rédaction d'un business plan

Les 10 clés d’un business plan réussi

Le business plan fait partie des tout premiers documents que chaque entrepreneur se doit de rédiger. Il permet au porteur de projet de planifier sa croissance, d’identifier les besoins de trésorerie et de prévoir les ressources humaines à mobiliser. Pour un business plan réussi, il est indispensable qu’il contienne les 10 éléments suivants.

 

1 – Le problème et la solution

Pour apporter une valeur ajoutée, chaque entreprise se doit de résoudre un problème. C’est d’ailleurs le premier slide que l’on doit trouver dans le pitch du projet. Un bon business plan commence par une description minutieuse du problème et de la façon dont l’entreprise compte le résoudre. Aussi, l’entrepreneur doit exposer clairement sa proposition de valeur et les différents cas d’usages de son produit ou service.

 

2 – L’analyse concurrentielle

Accordons-nous sur un point : toutes les entreprises ont un concurrent y compris celles qui inventent un nouveau produit ou business model. Dans cette partie du business model, l’entrepreneur identifie ses concurrents directs et indirects. Pour cela, il est courant d’utiliser la bien connue matrice BCG qui illustre de façon très visuelle un marché. Par la suite, il doit démontrer en quoi son offre est meilleure et se distingue de celle de ses concurrents.

 

3 – L’analyse des faiblesses

Chaque entreprise ou projet a des forces et des faiblesses. Pour mieux y faire face, l’entrepreneur doit identifier l’ensemble des faiblesses de l’entreprise. Ici, il est nécessaire de lister l’ensemble des faiblesses et décrire la façon dont l’équipe dirigeante compte les aborder et les améliorer.

 

4 – La traction

Il est important de montrer aux investisseurs vos premières réalisations et vos éventuels premiers succès. Si l’activité a commencé, n’hésitez pas à présenter votre chiffre d’affaires, vos articles de presse, des témoignages clients, etc. Toutefois, si le projet en est à ses premières heures, il vous sera impossible d’évoquer vos premiers clients. Alors, soyez inventif : il est toujours possible d’inclure des témoignages, des promesses d’achat ou le nom des mentors que vous avez déjà convaincus. Ces illustrations permettront à vos lecteurs de comprendre que le POC (proof of concept) est validé.

 

5 – Les métrics

Au-delà du bilan et du compte de résultat prévisionnels, l’équipe porteuse du projet doit indiquer les “key metrics” ou KPI du projet. Généralement, on retrouve les métrics suivantes dans tous les projets : Coût d’acquisition client (CAC), le revenu moyen par client (ARPC), la life time value de vos clients (LTV), le durée de vie de vos clients (churn) ou encore le “burn rate”. Pour une liste complète des KPI à suivre, vous trouverez sur Quora le témoignage de multiples entrepreneurs et des KPI qu’ils ont utilisés.

 

6 – L’équipe

Le profil des membres qui composent l’équipe est tout aussi important que le projet d’entreprise. Le business plan doit présenter les expériences et l’expertise de chaque membre de l’équipe. Aussi, vous devez démontrer quelles sont les raisons pour lesquelles cette équipe est la meilleure pour développer l’entreprise.

 

7 – Les hypothèses

Souvent la partie la plus complexe à réaliser, les hypothèses financières doivent être basées sur un maximum de données. Trouver des données fiables relève parfois d’une aventure. Dans la pratique, la tâche est plus facile lorsque l’activité a démarré depuis quelques mois. Appuyez-vous sur des données comme le nombre d’utilisateurs, le taux de conversion ou encore le nombre de leads. A l’inverse, le porteur de projet doit effectuer un travail de recherche dans des bases de données comme Xerfi (données sur le marché), Diane (données sur les entreprises) ou Capital IQ (données financières).

 

8 – Les graphiques

Vous le savez déjà, un graphique vaut mieux que mille mots. Un bon plan commercial doit s’appuyer sur de multiples graphiques qui faciliteront grandement la vie de vos lecteurs. Ayez en tête que les investisseurs lisent des dizaines de business plan de 50 pages chacun par an. Les graphiques rendent le business plan plus esthétique et moins indigeste.

 

9 – Le minimum de mots

Vous devez garder en tête que le meilleur business plan compte un minimum de mots pour dire le maximum sur votre entreprise. Les investisseurs ont peu de temps à consacrer à la lecture de votre business plan. L’entrepreneur doit s’efforcer de mettre en évidence les éléments clés de son projet et ses besoins dans un format facile à lire. En ce qui concerne le format, 2 écoles existent : les pro Word et les pro PowerPoint. Bien souvent, les investisseurs ont leur format favori et vous devrez vous adapter à leurs exigences.

 

10 –  Les mises à jour

Enfin, un business plan n’est pas un document que l’on réalise une bonne fois pour toutes. Il doit évoluer en fonction de l’activité de l’entreprise et être régulièrement mis régulièrement à jour. En théorie, chaque fois que vous atteignez un objectif majeur, vous devriez mettre à jour le document. En pratique, on se laisse vite absorber par les défis du quotidien. A vous de trouver le juste milieu. Dans la communauté de consultants indépendants Expertaly, vous trouverez des entrepreneurs à succès qui vous guideront pour réaliser le business plan parfait qui convaincra les lecteurs d’investir dans votre projet.

16 Partages
Partagez15
Partagez1
Tweetez